Le broker : la fausse bonne solution à vos problèmes de recrutement SAP

Publié le par Philippe GRIMALDI

Liste quasi exhaustive des agences de placement/brokers intervenant sur le marché français du recrutement (cdd/cdi/interim/pré-embauche/prestations régie) et du placement (intermédiation) de consultants freelances SAP
 
Document mis à jour le 16/07/2008
 
Remarque importante :
Ces « pseudos » cabinets de « conseil » en recrutement informatique/IT (il en existe plus de 60 oeuvrant sur le marché français) se contentent en fait de « pusher » par mail en continu (toute la journée) des cvs SAP à l’ensemble des recruteurs SAP de la planète (emailing list : outil très pratique et très économique de nos jours !) le tout en simultané par souci de rentabilité !
 
Ainsi, de cette manière, il n’y a pas de jaloux (SSII-end users SAP-cabinets de conseil IT), c’est le premier qui tire qui gagne (comme au ball trap !). Ces « agences de joueurs » car « candidat SAP = Zidane) ne rencontrent bien évidemment le plus souvent (très rares exceptions à noter) même pas les candidats qu’ils sont censés « placer » ou pire « recruter »  ! (« Time is money isn’t it ? and money is good for me ! ;-) »).
 
Après l’amour par téléphone, voici venu le temps du recrutement et de la « chasse de têtes » SAP par mail ! Il faut vivre avec son temps mon bon Monsieur …. Pas de commentaires, c’est trop pitoyable et trop grave à la fois car on atteint là des sommets de médiocrité et de non qualité (on est très loin de l'ISO 9001).
 
Leurs soit disants « consultants en recrutement/chasseurs de têtes du dimanche » n’ont le plus souvent aucun diplôme particulier en RH ni en gestion, aucune expérience RH/recrutement en entreprise et surtout aucune connaissance précise des marchés IT qu’ils adressent (compter des cvs ou des mots-clés du type FI CO SD MM PP PM sur les cvs …. ne fait pas vraiment partie des connaissances auxquelles je fais allusion ! ….). Ce sont le plus souvent de jeunes actifs (22-30 ans), autodidactes ou disposant de formations (LEA, chimie, physique, ...) non directement liées au monde de la gestion des RH ou de L’IT (demandez leur de vous communiquer leur cv personnel et vous constaterez par vous-mêmes, c’est souvent très instructif comme démarche !), jeunes que l’on pressure pour faire du CA et de la marge nette facile/rapide (logique du « marchand de tapis » ou plutôt pour être plus précis du « marchand de cvs » et du « marchand de viande », pour reprendre une expression si chère à mon boucher). L’objectif qui leur est fixé par leur « Management » (qui touche au passage un commissionnement substantiel sur leurs résultats personnels – fonctionnement de type pyramidal très lucratif pour les Managers …), est de « placer-fourguer » le maximum de candidats SAP en un minimum de temps - gloups ! Tout le reste n’est que pure philosophie/poésie et perte de temps (confidentialité, discrétion, professionnalisme, rencontre et évaluation des candidats, qualité, éthique, conseil personnalisé, déontologie, contenu précis des postes à pourvoir, prise de références …).
 
Comme les brokers (nom communément donné à ces agences de placement d'origine anglo-saxonne) travaillent tous au contingency (c’est à dire aux « résultats » : rien que le nom « résultats » m’amuse car pour qu’on puisse parler de « résultats » encore faudrait-il qu’il y ait une obligation « d’ engagement » et de moyens, ce qui est loin d’être acquis dans le cas présent !), leur business model pour être rentable est invariablement le suivant (manque cruel d’originalité dans la démarche suivie) :
 
Le « cabinet » broker fait semblant de « travailler/recruter » pour le compte (de la planète entière des SSII y compris les plus importantes et les plus prestigieuses sociétés de conseil américaines - gloups !) des recruteurs SAP (issus de SSII principalement car environ 98 % des offres d’emploi sur SAP proviennent des SSII et des cabinets de conseil en SI), en passant en boucle des offres d’emploi sur le web et sur les sites d’emploi IT (lesjeudis.com, monster, cadremploi, apec et erprecrut sont leurs supports de diffusion préférés), et en envoyant à tous ses clients les mêmes cvs reçus (au même moment) de candidats SAP en recherche plus ou moins active d’un nouveau poste SAP en CDI (ce qu’ils appellent le « permanent » dans leur jargon anglo-saxon) ou d’une nouvelle mission SAP en freelancing (ce qu’ils appellent le « contract » dans ce même jargon). En clair, ce n’est en aucun cas de la chasse de têtes ni du conseil en recrutement, mais simplement de la pêche à la ligne de cvs glanés sur le web ! De cette façon, seuls les candidats SAP vraiment en recherche très active et/ou peu sollicités, postulent à ces offres d’emploi (et encore ce n’est pas certain car il y a tellement d’offres d’emploi SAP bidons ou périmées, que les candidats SAP finissent par se méfier et n’y répondent même plus !). Parfois, comme ils sont bien incapables de rédiger correctement (je ne parle même pas des fotes d’ortograf présentes invariablement dans leurs offres de postes, c’est à mourir de rire !) une fiche de poste/de profil SAP, ils font des « cut/paste » et des mix d’annonces de concurrents ou de « vrais » cabinets de conseil en recrutement, offres qu’ils ont glanées sur le web (logique du copiage et du moindre effort comme toujours : cela colle bien aux personnages et à leur mentalité) !!
 
Leurs annonces d’emploi SAP sont très faciles à détecter/identifier par un néophyte : imagination débordante (ils parlent de tickets-restaurant et d’autres sujets tout aussi passionnants et importants aux yeux des candidats ;-) ….), ils font environ en moyenne 25 fautes d’orthographe ou de grammaire par ligne (d’où l’intérêt d’être allé à l’école au delà de la 6eme ….), et ils proposent sans relâche (comme c’est étrange et confondant !) les « meilleures missions, les meilleurs projets, les meilleures formations, les meilleurs salaires et les meilleurs tickets-restaurant : en clair, cherchez le piège et surtout cherchez l’arnaque ! ;-).
 
Ainsi, comme toutes les SSII qui recrutent sur SAP (les mêmes profils SAP stéréotypés soit dit en passant à savoir « Bac+4/5, 28/30 ans maxi, 2/3 ans d’expérience SAP minimum exigée, mobiles WW ce que j’appelle dans mon jargon personnel le « profil type ACCENTURE » !) acceptent bien volontiers ce mode de relation bien pratique et surtout bien peu impliquant (contingency = tout le monde fait semblant de travailler pour le compte de tout le monde) qui ne leur coûte rien au départ (pas d’acomptes facturés au démarrage de la mission, c’est formidable « on rase gratis » de nos jours c’est bien connu dans notre univers capitaliste et consumériste !), mais qui ne rapporte rien non plus à l’arrivée, si cela peut aussi vous rassurer, cela se saurait …  !), le broker de son côté est assuré in fine de toucher sa (grosse) commission d’intermédiation (au bas mot parfois - quand ils ont affaire à de piètres négociateurs - 20-25 % du salaire annuel du candidat recruté au minimum, c’est tout de même bien cher payé pour un simple envoi/pushing par mail d’un cv qui prend 15 secondes à effectuer !), car il est unanimement admis que le candidat consultant SAP va bien signer et poser ses valises quelque part (loi statistique bien connue des mathématiciens et AUSSI des brokers apparemment) !
 
En conclusion, dans ce business model de rêve pour les brokers, le broker est assuré de gagner son argent (c’est le SEUL gagnant de l’histoire, « ni vu ni connu je t’embrouille » !), puisqu’il devient en fait l’agent VIP du candidat (grâce au emailing, il rend instantanément le candidat SAP visible de toute la planète des recruteurs SAP en SSII et ailleurs) ! En clair, le seul acteur qui gagne à tous les coups dans ce modèle redoutable d’efficacité, c’est le broker/agence de placement, CQFD c’est trivial/basique mais encore fallait-il y penser !!
 
En revanche, côté recruteur SAP (SSII/cabinets de conseil IT/end users SAP), le résultat obtenu est forcément beaucoup moins réjouissant (euphémisme) ! En effet, « grâce » ou plutôt « à cause », serais-je tenté de dire, de ce mode de fonctionnement au contingency « vendu » par le broker, chaque recruteur SAP (SSII ou end users) possède statistiquement une chance sur 200 en moyenne de voir arriver le candidat SAP tant convoité et tant « dragué » ;-) ! Autant jouer au loto ou au tiercé, on n’a quasiment autant de chance de gagner (une nouvelle recrue) ! ;-)
 
Conclusion (bien triste mais malheureusement sans appel – SNIF !) : le recruteur qui, au départ, croyait faire « l’affaire du siècle », en faisant appel à un ou à plusieurs brokers (plutôt à plusieurs brokers si le recruteur est malin : cela ne mange pas de pain car c‘est toujours gratis même s’ils sont 25 issus de 25 brokers différents à chercher le même candidat SAP et à envoyer les mêmes cvs glanés aux mêmes endroits !), broker qui ne lui demandait pas d’argent au départ (ce sont vraiment des gens désintéressés ces gens là : c’est formidable et c’est remarquable de nos jours une telle abnégation et une telle méfiance vis à vis de l’argent !), se retrouve bien démuni (quand la bise fut venue), car il ne parvient pas à recruter de candidats dans des conditions satisfaisantes, en termes de qualité/coût/délais. C’est l’arroseur arrosé, CQFD !
 
Les seuls rares recruteurs (SSII ou end users SAP) qui profitent bien de ce système pour le moins pervers et au combien opaque pour le commun des mortels que vous êtes sans doute très chers lecteurs, sont les entreprises (SSII/cabinets en SI) les plus attractives et les plus « unanimement » reconnues sur le marché SAP (suivez mon regard : celles aussi qui paient le mieux les consultants SAP soit dit au passage, c’est trivial mais encore faut-il le souligner, c’est désormais chose faite !).
 
Ces dites entreprises (la crème de la crème des cabinets de conseil en SI SAP, j’ai les noms bien sûr !) tirent un bon retour sur investissement (ROI) car ce sont celles qui statistiquement ont la probabilité la plus forte de voir arriver des candidats SAP en fin de processus, une fois que ces derniers (candidats) ont daigné faire le tour du marché des SSII et se sont vendus aux enchères au plus offrant (ce n’est hélas même pas une caricature même si des exceptions existent, heureusement suis-je tenté d’ajouter) ! Le broker les a bien aidés à faire leur « sourcing » candidats en les alimentant assez rapidement en cvs frais et plus ou moins ciblés (et surtout gratuits ;-) !), ou du moins en supportant à leur place les frais (élevés) de passation d’annonces sur le web et les frais (élevés) d’abonnement aux grosses cvthèques du type Monster (c’est toujours cela d’économisé pour le client, vu les tarifs prohibitifs et parfois hallucinants pratiqués par les job boards, lorsque l’on est un client occasionnel qui ne fait pas beaucoup de volume !).
 
Agences de placement/brokers en majorité anglo-saxons (le plus souvent basés à Londres mais parfois également basés en France, en Suisse ou ailleurs) :
 
MONTREAL ASSOCIATES http://www.montreal.co.uk
ALIAS HUMAN SOLUTIONS http://www.aliashumansolutions.com
COMPUTER FUTURES SOLUTIONS http://www.computerfutures.com
BLUE INFINITY http://www.b-i.com
UNIVERSE TECHNOLOGY http://www.utechnology.com
PEOPLE ENERGY LTD pas de site !
ELAN IT RESOURCE http://www.elanit.com
K2 PARTNERING SOLUTIONS http://www.k2partnering.com
IT MANAGEMENT PARTNERS http://www.itmpinc.com
XTRA IT RESOURCES http://www.xtra-it.com
HUXLEY ASSOCIATES http://www.huxley.com
GFT (EX PARITY EUROSOFT) http://www.gft.com
MODIS INTERNATIONAL http://www.modisintl.com
ASENIUM (groupe STERP) http://www.asenium.fr
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :